Renault a dévoilé la nou­velle Mégane élec­trique E‑Tech 100% élec­trique au salon inter­na­tion­al de Munich en sep­tem­bre. Quels sont ses points forts, ses pos­si­bles faib­less­es? Peut-elle s’im­pos­er comme référence devant son adver­saire de Wofs­burg, l’ID.3?

Elle a tout d’une grande

Quoi de plus juste pour cette Mégane élec­trique que le slo­gan des Clio des années 90. Grâce à son archi­tec­ture native­ment pen­sée pour l’élec­trique, elle se débar­rasse de toutes les con­traintes du ther­mique. Le résul­tat? 15 cm moins longue que la Mégane 4 ther­mique actuelle avec seule­ment 4m21 et même plus étroite de quelques cen­timètres, un vrai plus pour les park­ings étroits de cen­tre ville. Et pour­tant son habil­ité à l’ar­rière est préservée ain­si que la capac­ité du cof­fre avec 440 l (con­tre sou­vent 380l dans cette caté­gorie des com­pactes). Le tout avec un design extérieur de berline Crossover très réussi.

300 ou 450 à 470 km d’autonomie

Selon les ver­sions, la Mégane élec­trique est pro­posée avec une bat­terie de 40 kWh (300 km) ou 60 kWh (450 ou 470 km). Cette sec­onde prend le large par rap­port à sa con­cur­rente de chez VW qui n’af­fiche que 425 km d’au­tonomie sur sa bat­terie 58 kWh. Sa recharge en courant con­tinu est de 130 kW ce qui est très cor­rect pour la catégorie. 

Quant à la recharge en courant alter­natif, celle que vous utilisez au quo­ti­di­en à la mai­son ou sur des bornes publiques à faible puis­sance, il y a un change­ment de stratégie de la part de Renault. Ils nous avaient habitués au 22 kW sur les Zoé et Twingo. Désor­mais, ça sera 7,4 kW en stan­dard et 22 kW en option. Il est vrai qu’on devrait voir de plus en plus de bornes à 24 kW pass­er en courant con­tinu (com­bo CCS) et ain­si per­me­t­tre de charg­er au max­i­mum de la vitesse. Cer­taines clients con­sid­èreront que le 22 kW reste indis­pens­able vu l’abon­dance de bornes 22 kW AC en France (en par­ti­c­ulière en milieu rural).

Cer­tains clients poten­tiels s’in­quiè­tent que le 22kW en recharge AC ne soit pas pro­posé pour le grand pub­lic sur la plus petite bat­terie en France. D’au­tant que cette option est pro­posée en Alle­magne voire en stan­dard en Italie. 

2 moteurs électriques de 130 et 218 chevaux 

Pour le grand pub­lic en France, le 130ch sera réservé à la petite bat­terie. Le 218ch sera asso­cié à la bat­terie de 60 kWh. Seuls une ver­sion “busi­ness” pro­posera le plus petit moteur asso­cié à la bat­terie de 60 kWh. Il sem­blerait que ça soit cette ver­sion qui atteigne le max­i­mum d’au­tonomie avec 470 km. Dom­mage que ça ne soit pas pro­posé au grand pub­lic qui y trou­verait un cer­tain interêt en autonomie certes mais aus­si en tarif d’assurance. 

Une qualité perçue supérieure et un système d’info-divertissement sou Androïd automotive

2 choses sur­pren­nent en entrant dans une Mégane élec­trique et surtout con­traste for­cé­ment avec l’ID.3. Une fini­tion agréable à l’oeil et au touch­er. Des écrans impor­tants (12,3 pouces der­rière l’écran et 12 en écran cen­tral. Au-delà de la taille, des qual­ité graphiques et d’or­gan­i­sa­tion grâce à l’in­té­gra­tion d’an­droïd auto­mo­tive, c’est la vitesse et la flu­id­ité à l’u­til­i­sa­tion qui sur­prend. Renault n’a pas mégoté avec la puis­sance du processeur Qualcomm.

Certes d’autres con­struc­teurs utilisent déjà Androïd auto­mo­tive, comme Volvo/Polestar, mais ce n’est ni la même flu­id­ité, ni la même éle­gance d’in­té­gra­tion. Au-delà de la belle inté­gra­tion de google map avec recherche de borne, celle-ci, comme sur les Tes­la déclanchera le pré-con­di­tion­nement de la bat­terie pour opti­miser la vitesse de recharge. Un énorme plus. D’ailleurs Tes­la ne le fait que pour les super­chargeurs, et pas pour les bornes tierces partie. 

Conclusion et disponibilité

La Mégane élec­trique sem­ble être un pro­duit très bien né, s’ap­puyant sur l’ex­péri­ence de 10 ans accu­mulée avec la Zoé et ses remon­tées de don­nées réelles. La con­som­ma­tion sem­ble avoir été bien opti­misée, ain­si que le poids (un peu plus de 1600 kg) et l’empreinte au sol qui mar­que un vrai change­ment avec la ten­dance d’obésité des véhicules. 

La qual­ité perçue et le sys­tème mul­ti­mé­dia sous Android auto­mo­tive ultra flu­ide en font à coup sur la référence sur le seg­ment des com­pactes, en prenant net­te­ment l’a­van­tage sur l’ID.3. Cette dernière con­serve le plus de la bat­terie 77kWh (542 km), mais cet avan­tage pour­rait dis­paraître si dans le futur Renault pro­pose une plus grosse bat­terie. En bonus, elle peut tracter jusqu’à 900kg.

Renault fait un très gros pari en ne renou­ve­lant pas sa Mégane ther­mque. Ca sera à mon avis un pari gag­nant si la Mégane élec­trique est pro­posée à un tarif suff­isam­ment attrac­t­if pour détourn­er les clients du ther­mique. Nous ne le con­naîtrons qu’en févri­er 2022 avec une livrai­son en Mars 2022.